Compétition = Rémunération

Mise à jour 16/03/2017 : L’association métiers graphiques a désormais une page dédiée pour expliquer la démarche de compétition = rémunération et télécharger les logos à mettre sur vos supports de communication.

Je relaye l’initiative intéressante de Philippe Rondepierre, un membre du forum café salé, qui à décidé de prendre le taureau par les cornes et de lancer une offensive contre les appels d’offre non-rémunérés. Depuis le temps qu’on voulait faire un post là-dessus, on en profite pour prendre le train en marche.

crrougeqx8.png

Nous trouvons cette initiative intéressante car ça fait plaisir de voir que certains graphistes se bougent un peu les fesses pour protéger leurs métier. En deux mots, voilà pourquoi nous soutenons ce point de vue:

  • Les appels d’offres non rémunérés ne sont que des attrapes couillons pour graphiste en manque de reconnaissance qui n’ont pas tout compris au fonctionnement du boulot et/ou qui se laissent abuser par des phrases types du style “mais tout le monde fait ça maintenant, si on te choisi tu seras riche et tu auras plein de travail avec nous”
  • Contrairement à ce que les clients/agences essaient de faire croire aux graphistes naïfs, ça n’est pas une pratique courante, mais ça tend à le devenir face à l’irresponsabilité de certains
  • On n’a jamais demandé à un peintre de dessiner “un ptit bout de tableau” avant de l’acheter, “pour voir si on le choisi”
  • Quand les agences participent à des appels d’offres non rémunérés, elles ne mettent à contribution que 10 à 15% de leurs ressources (souvent des stagiaires d’ailleurs) sur un projet qui a de fortes chances d’être remporté (anciens clients, 2 agences seulement en compèt’ etc…), contrairement à un freelance qui y mettra 100% de ces ressources et sera souvent en concurrence avec 10 ou 20 autres (normal puisque c’est gratuit, pourquoi se priver ?)
  • Participer à un appel d’offre non rémunéré pour un client direct n’est déjà pas très malin, mais le faire pour une agence est complètement débile.

Bref, je crois que les nombreux freelances débutants qui se lancent dans la course aux appels d’offres n’ont pas saisi toutes les nuances de la chose, il est donc important de faire des piqures de rappel de temps en temps.

Pour de plus amples informations vous pouvez donc consulter le post dédié à cette initiative sur CFSL

logocrri6.png

Si vous voulez encore plus d’infos vous pouvez poser vos questions en commentaire ou lire ces sujets très instructifs:

celui-ci:

extrait by yamo:

[…] Si c’est un test, autant pour un salarié un test à l’embauche peut se comprendre car avant de signer un contrat et de s’engager on veut être sûr que le profil convient, autant pour un freelance c’est totalement hors-sujet Ils n’ont pas à te demander de bosser gratuit pour voir ton niveau ou ton style, car ton site est là pour ça. Et s’ils veulent savoir comment tu bosses et si tu es fiable, ils font comme toutes les autres agences en te confiant un petit budget pour commencer. […]

celui-ci

extrait, toujours du même

[…] je pense donc personnellement, à part donc pour quelques incompétents notoires, que la réplique magique “on a besoin de vous faire travailler pour choisir le bon” est surtout l’argument bidon préféré de gens qui ont tout simplement envie de décharger un maximum de leurs responsabilités et de leur risques sur les épaules de leur prestataires.

et comme un graphiste freelance n’est ni un investisseur ni un associé, il n’a pas à le faire.

ou celui-là dans un domaine différent (le design produit)

extrait by cocotteVerte

[…] La tendance actuelle des clients : prendre l’annuaire ou le web, chercher quelques créatifs. Ils définissent eux-même le budget. Ils ne savent pas ce qu’ils veulent, donc pas de brief, c’est carte libre. (Ils verront bien ce que pondent les créatifs). Ils ne prennent pas le temps de rencontrer les créatifs. (Ils ne vont tout de même pas rencontrer la dizaine qu’ils sollicitent à la queue leuleu). Ils ont des idées qui leur arrivent directement sur le mail. C’est génial. Plus qu’à choisir. (Je pense que répondre à un appel sauvage + envoyer une idée pas mail est le dernier truc à faire pour un PROFESSIONNEL). […]

Et bien sûr le désormais célèbre “dites non aux idées gratuites” de l’alliance française des designers

En tout état de cause, je n’ai pas encore trouvé UNE SEULE bonne raison de travailler gratuitement, la renommée, les travaux futurs et le test de vos compétence n’est qu’un écran de fumée pour obtenir du travail gratuitement. Et c’est ceux qui répondent à ces appels d’offres qui favorisent leur propagation, et souvent ce sont les mêmes qui se plaignent de ne pas bosser ou d’enchainer les plans galères. Et là je ne parle même pas des faux tests d’embauche dont le fruit est revendu, ça c’est carrément une autre histoire.

On ne donne pas son travail pour espérer être payé, on est payé pour réaliser un travail. C’est ÇA être un professionnel.

Si vous soutenez vous aussi cette façon de travailler, n’hésitez pas à diffuser le logo sur vos sites ou signatures de forum, et faites passer le message à tous ceux susceptibles d’être intéressés.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Haut de page