Grille tarifaire 2009, 2010, 2011 et 2012 pour les graphistes, infographistes et webdesigners freelance recherchant un ordre de prix pour un site web, flyer, brochure, catalogue, logo, carte de visite, affiche ou autre prestation graphique

TOUS LES TARIFS ACTUALISÉS SONT RÉCAPITULÉS DANS CE BILLET !!

Vous voulez savoir combien facturer une affiche, une annonce presse, une brochure institutionnelle, une brochure, une campagne de publicité, un carton d’invitation, un catalogue, la création d’une maquette pour une petite revue, un magazine, un dépliant, une pochette de disque pour un petit label, une pochette de disque pour une major, un flyer, une jaquette de DVD, un packaging, une plaquette d’entreprise, la mise en page d’une brochure ou d’un magazine ?

Vous avez toujours rêvé de savoir combien vaut la direction artistique d’un livre, une image corporate multi-support, une image de marque, une page de livre, un logo de petite entreprise ou de multinationale, une charte graphique, la déclinaison d’un logo, la communication d’un petit festival (flyer, affiche, programme), un programme de 12 pages pour une association, un rapport annuel, ou un visuel pour une agence de pub ?

Vous ne pouvez vivre plus longtemps sans connaitre le juste prix d’une création photo originale pour un poster, une charte graphique web, un site web pour un ami, pour une PME, pour une moyenne ou une grosse entreprise, une animation d’intro (ça existe encore ça ??) pour un site, un CD-ROM, DVD-ROM ou un habillage, une couverture de roman, une illustration, une anim flash, des pages ou une couv de magazine, un mailing pub, des pictos ou une image pour une campagne institutionnelle ?

Vous vous demandez quel est le prix d’un raton laveur ?

TOUTES LES RÉPONSES À CES QUESTIONS SONT DANS LA SUITE !!!

Voici la grille de tarif à jour pour toutes ces prestations:

(Tarif jour × Nombre de jours) + cession de droits = Tarif de la prestation.

Et la magie, c’est que ça s’applique à tout. :HALU:

Bon, maintenant que j’ai bien rameuté tout le monde avec cette débauche de mots-clefs, on va pouvoir parler sérieusement.

Bien souvent, la question des tarifs à pratiquer pour telle ou telle prestation se pose quand une proposition de boulot tombe sur le débutant freelance en quête de mission. Et là, c’est la panique… le voilà bien embêté de devoir fournir un prix ou un “ordre de prix” à son client potentiel.

Sacrebleu se dit il, me voilà bien démuni !! Il était question de faire une brochure, il doit bien exister quelque part une fourchette de prix pour une brochure, et je pourrais alors prestement en faire part à mon client !! Mais cette fameuse fourchette est un mythe, et il suffit de regarder un peu autour de soi pour s’en apercevoir.

Quel est le prix d’une maison, d’une voiture, d’une fenêtre, d’un séjour au ski ou d’un massage de pieds ? Quelqu’un aurait une grille tarifaire ?

Hé oui, voilà, pas la peine d’aller chercher des exemples bien loin !! En fait, il y en a partout autour de nous, et, le mur étant tombé en 89, il est assez rare de trouver des produits dont les tarifs sont indexés sur des grilles et soigneusement définis par des membres éminents du parti.

Aujourd’hui, les prix sont libres, et bien malin celui qui pourra vous sortir une grille de prix à jour et cohérente.

Fût un temps, vers 2003-2006 ( :VIEUX: ), on trouvait des grilles de tarifs à travers le web, pour chaque type de presta. Je crois que c’était édité par un magazine et on en retrouvait jusque sur kob-one. Le problème, c’est que ces grilles racontaient n’importe quoi, soit des prix ridicules soit des prix exorbitants, et surtout sans indiquer un quelconque périmètre ni méthodologie pour sortir ces chiffres. Bref, si ça pouvait quelques fois être utile aux free expérimentés, ça ne faisait que semer la confusion pour un débutant, qui faisait sa salade interne là dessus jusqu’à ce que ça ne veuille plus rien dire.

Comme tout professionnel, seul un devis détaillé vous permettra de fixer le prix d’une prestation

Car nous faisons du sur-mesure, qui plus est dans la prestation de service, et non de la vente au détail. Chaque client à des besoins et des objectifs différents. Demandez donc à un électricien quel est le prix pour “refaire l’électricité chez vous” ou à un cuisiniste “quel sera le prix de votre cuisine”. Il ne pourra en aucun cas vous répondre dans l’instant, il viendra chez vous, prendra des mesures, évaluera le travail à faire, le nombre de ressources nécessaires, le coût du matériel et la marge qu’il veut dégager de l’opération. puis il vous rappellera 2 jours après avec un devis détaillé que vous pourrez comparer avec celui ses concurrents.

Tout comme nous, l’électricien n’ pas de grille de tarif pour la pose d’un compteur, pas plus que le cuisiniste pour l’installation d’une hotte aspirante

La seule différence, c’est que l’électricien ou le cuisiniste se met rarement à son compte en sortant de l’école sans connaître les tarifs ou les usages de la profession, alors que le graphiste, oui. :POELE:

Les 3 piliers du tarif d’une prestation

Nous avons donc vu qu’il n’y pas de salut du coté des grilles pour ce qui est des tarifs, et que les grilles ça sert surtout à faire des mots-croisés ou des barbecues, et que la seule manière valable de fixer ses prix, c’était de faire un devis. Mais comment ?

L’évaluation du projet et du temps de travail

Il n’y a pas de secret, comme tout bon professionnel vous devez être capable d’évaluer combien de temps prendra telle ou telle presta selon les critères et contraintes qui vous sont données. Cette capacité s’acquiert avec l’expérience et il n’y a pas de formule magique, c’est pour ça qu’il est conseillé de ne pas s’installer en free au sortir de l’école, car on sera forcement à la ramasse sur ce genre d’évaluation.

Attention bien sûr à TOUT prendre en compte, sans vous surestimer, et en pensant bien qu’en face vous avez un client humain (et parfois chiant) qui voudra changer 15 fois de typos, vous sortira des nouveaux textes de derrière les fagots ou voudra un jaune plus jaune. Quelques retours c’est normal, mais pour calmer ses ardeurs n’oubliez pas de bien les circonscrire dans votre devis, et de facturer les retours qui dépassent, sinon ça va vite devenir la fête du slip.

le “travail au forfait”

Attention également au piège bien connu de “nous on a toujours travaillé au forfait” sorti par le client dans une tentative d’enfumage massive. NON, ils n’ont jamais de leur vie “toujours travaillé au forfait” et le client lui même ne vend pas ses prestas au forfait. C’est juste une combine bien connue et qui marche pas mal sur les débutants pour pouvoir des modifs à l’infini et dire que le projet est terminé “quand ils sont satisfait”.

Que ce soit clair, bosser comme ça ça n’est pas possible, et si on vous le demande en arguant en plus que “tout le monde travaille comme ça”, fuyez. Le client sait très bien qu’un devis détaillé serait dans son intérêt, si il vous demande “quel est votre forfait pour un site web” c’est qu’il sait très bien qu’il va vous sortir des fonctionnalités au dernier moment et faire des modifs à n’en plus finir.

Normalement, vous devriez sortir une évaluation de type “2 propositions de logo, bon ça ça me prends environ 2 jours, puis la décli sur 3 cartes de visites j’en ai pour disons 1 jour, et il y’aura forcement des retours clients et des rendez-vous téléphoniques, comptons une demie journée en plus”

Donc mettons pour une petite presta de logo + décli carte de visite vous en aurez pour 3 jours et demi.

TIP : une journée c’est 8h hein, et on ne travaille pas les week ends, sinon c’est du surcoût.

Le tarif jour, clef de voute du tarif de la prestation

Bravo, vous avez évalué le temps de travail, mais quel est votre tarif jour ? Normalement, avant de vous installer, vous avez bien sûr fait une petite étude de rentabilité ou interrogé des gens du métier qui vous ont permis de le définir. Non ? Vous croyiez trouver une grille tarifaire tout faite quand le moment se présenterai c’est ça ? :TSS:

Donc, pour calculer son tarif jour c’est assez simple, il “suffit” de calculer toutes ses dépenses, charges et frais, la marge que l’on veut dégager et le CA que l’on vise et diviser par le nombre de jours travaillés. Calculer son seuil de rentabilité et le rapporter au jour en gros.

Calculer son seuil de rentabilité

L’art de compter les jours d’un mois

Attention, il y a un piège, bien souvent dans ces calculs, vous allez diviser le résultat par 30 jours, ce qui vous donnera un chiffre dérisoire. Or, dans un mois, il y’a 22 jours travaillés, et pour un free, travailler c’est aussi prospecter, faire de la compta et développer son activité. Il ne faut donc pas croire que vous travaillerez pour un client direct 22 jours dans le mois. Pourtant il faut bien manger tous les jours, et le reste de votre travail, la partie invisible, fait partie intégrante des coûts et doit être facturée comme le reste. On estime qu’un freelance qui roule vraiment très bien va travailler sur un projet client environ 10 à 15 jours par mois maximum.

Dans le calcul de vos frais, n’oubliez pas de prendre en compte les choses auxquelles on ne pense pas forcement comme la retraite, la formation, les impôts…

Admettons que vous venez juste de débuter, et que vous avez calculé que pour payer toutes vos charges et dégager un peu de bénéfice, il vous faut facturer 3000€/mois. c’est un chiffre tout à fait réaliste, car il faudra payer des charges, des impôts, du matériel et des jours chômés sur ce petit pécule. Ne faites SURTOUT pas l’erreur de le comparer cette somme à un salaire net par exemple. Donc 3000€ par mois, si vous êtes un freelance qui roule bien et qui bosse en projet direct environ 12 jours par mois… vous faites la division de 3000 par 12 et vous obtenez… 250€ par jour à facturer sur vos projets. Hors taxes si vous êtes à la TVA bien sûr.

Notez que dans cet exemple, vous visez un chiffre d’affaire (CA) de 36.000€, ce qui est un très bon objectif (que vous n’atteindrez surement pas) dès la première année. Mais commencer par viser ce CA est une bonne chose pour la survie de son entreprise.

Il vous faudra aussi prendre en compte la valeur ajoutée que vous apportez à un projet, et la qualité (normalement) croissante de votre travail. Si vous êtes sans cesse appelé à travailler sur de grands comptes, pensez à augmenter vos tarifs, c’est que vous êtes sur la bonne voie.

Il existe un outil qui vous permet d’avoir un aperçu rapide de votre seuil de rentabilité horaire (en anglais) évidemment, il sera toujours plus pertinent de faire votre propre calcul. L’AFD à également édité un outil, le calkulator, pour évaluer le tarif d’un projet, mais je ne l’ai jamais testé du coup je ne peux pas donner mon avis dessus.

Quelques exemples de tarifs/jours constatés dans mon entourage

Pour vous donner quelques exemples concrets :
  • les DA juniors et webdesigners de mon entourage sont à 350€/j
  • les développeurs front/intégrateurs html à 350-400€/j
  • les devs flash AS3 sont à 500-600€/j
  • les DA web ou flash séniors à 500€/j

Je n’ai jamais croisé un free dont c’est le métier régulier facturer sous la barre des 300€/j (surement pour la simple et bonne raison qu’il est difficile de survivre et de développer son activité sous ce seuil)

Les droits d’auteurs

Pour les artistes-auteurs d’œuvres originales, il faudra prendre en compte l’étendue des droits d’auteurs à céder à votre client, et à les facturer en conséquence. C’est un vaste sujet qui mériterai un billet entier, et mon petit doigt me dit qu’un article là dessus est en cours de rédaction. Pour ma part du temps où je travaillais en free, je n’ai jamais fait de campagne d’affichage nationale ou ce genre de chose, du coup mes cessions de droits étaient délimitées clairement sur le devis, mais j’intégrais le prix de la cession dans mon tarif jour. Pas forcement la chose la plus indiquée, mais pour des cartes de visites ou ce genre de choses, c’est plus simple. pour un logo une ligne du devis donnait l’étendue et le prix de la cession.

Les pièges

Évidemment, il y’a des pièges à éviter, car souvent quand on cherche les bons tarifs c’est qu’on ets débutant, et quand on est débutant on ets prêt à se faire manger tout cru. Nous avons déjà vu le coup du piège du forfait, faisons un petit tour d’horizon de ce qui vous guette…

  • Exposé : Nous prenons des risques sur cette appel d’offre cette histoire donc on aimerait que vous nous proposiez un tarif perdu/gagné.
  • Réponse : Ça n’est absolument pas à moi de gérer les risques pris par une agence, du coup la solution à adopter est si perdu = tarif normal sans les droits d’auteurs (en plus ça empêche qu’on vous chourrer votre boulot), si gagné, tarif normal + droits d’auteur puisqu’il y aura exploitation de l’œuvre.
  • Exposé : Je connais un (ou plusieurs) graphiste qui à de meilleure référence que vous et dont le devis est au moins… voyons… CINQ fois moins cher que le votre. Je n’ai pas l’habitude de révéler les devis qu’on me fait mais ça vous laissera une chance de vous aligner.
  • Réponse : vous avez trouvé la perle rare, bossez avec lui (et entre nous pourquoi ça n’est pas déjà fait et pourquoi vous me rappelez pour me le dire ?) Vous avez calculé votre seuil de rentabilité pas vrai ? au dessous duquel vous ne gagnez pas d’argent pas vrai ? alors puisque vous ne voulez pas travailler pour rien, pourquoi vous discutez encore avec lui ? Et puis aussi, ne soyez pas naïf, si il avait vraiment un free pour 2 fois moins cher, pourquoi il vous rappelle ? Alors calmez vous, respirez, maintenez votre prix et vous travaillerez sur ce projet. Le client aurait été con de ne pas tenter non ? 100% classique, ça vous arrivera plusieurs fois.
  • Exposé : C’est un peu cher, vous ne pouvez pas baisser les prix ?
  • Réponse : une négociation c’est normal, mais ne faite pas l’erreur de baisser vos prix ou votre tarif jour, négociez plutôt le contenu de la prestation, ou les finitions. le client n’a pas l’argent pour une charte graphique complète ? vendez lui un mémo avec les grandes lignes de son identité graphique. Il n’a pas d’argent pour un site flash + backoffice perso ? cherchez une solution plus adaptée du coté des CMS. C’est votre travail de conseil et c’est comme ça qu’on rapporte des clients, pas en sacrifiant ses prix, ça ne rime à rien. De plus, les ristournes de plus de 5% sur votre tarif jours ne sont à concéder à des extrêmement bon clients et pas au premier venu qui “va être un bon client”
  • Exposé : Donnez moi un ordre de prix pour un site
  • Réponse : proposez de le rappeler en fin de journée après avoir écouté ses besoins pour lui proposer un pré-devis. Astuce : ne faites pas un devis de fou avec excel etc pour un pré-devis, c’est une perte de temps. Faites un devis succint dans le corps du mail pour donner une idée de l’ordre de prix.

Et pour terminer le plus gros de TOUS les pièges : croire que son CA mensuel est égal à un salaire, même brut, et comparer ce chiffre avec les salaires ayant cours dans la profession. VOUS ÊTES UNE ENTREPRISE, mettez vous ça dans la tête une bonne fois pour toute, et le chiffre d’affaire n’est ABSOLUMENT PAS un salaire (ne jamais confondre bénéfice et tiroir-caisse vous dirait, avec raison, ma belle mère) !!

3000€ de CA mensuel, c’est correct pour une 2eme année d’activité par exemple, mai ça ne correspond EN AUCUN CAS à 3000€ de salaire, net ou brut. Gardez en tête que ce sont 2 choses fondamentalement différentes, et qu’en temps que patron d’entreprise, vous n’avez aucun droit ni protection salariale, ce qui rend toute comparaison inutile. Si vous ne comprenez pas ça n’est pas la peine de rester en free, ça n’est pas fait pour vous. (rien de péjoratif, je suis redevenu salarié moi même).

Si vous avez monté une entreprise, c’est pour DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ, pas pour comparer votre CA à un SMIC.

Noramalent vous devriez avoir toutes les clefs en main pour commencer à tarifer vos prestation, et vous avez enfin compris pourquoi vous aviez tant de mal à trouver une grille de prix sur internet, et que quand vous en trouviez une, elle vous paraissait aberrante. Quand vous allez demander conseil sur de forums comme kob-one par exemple, ne demandez plus combien ça coute, mais donnez votre estimation du temps, et demandez aux autres si ça leur semble cohérent.

La seule chose que vous ayez à faire, c’est de retenir cette formule :

(Tarif jour × Nombre de jours) + cession de droits = Tarif de la prestation.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://mariejulien.com/trackback/142

Haut de page